Les maladies de l’avocatier et leurs modes de traitement

10
Partager :

La culture de l’avocatier requiert beaucoup d’attention et de patience. Toutefois, même quand vous en faites preuve, des maladies de l’avocatier ont tôt fait de venir jouer les trouble-fête. Voici quelques maladies de l’avocatier et des astuces simples pour les soigner quand elles surviennent.

La gale

Lorsque les feuilles verdoyantes de l’avocatier perdent de leur éclat et virent au marron clair, cela peut parfois être un symptôme de gale. La maladie n’impacte pas que les feuilles, mais aussi les fruits et les jeunes rameaux.

A voir aussi : Quand plantez-vous de l'ail avec la lune 2021 ?

En plus de la couleur inhabituelle, la gale se manifeste aussi sur les feuilles en leur donnant une forme semblable à celle d’une cuillère. Du côté des fruits, on observe l’apparition de plaies irrégulières généralement rondes de couleur brun clair. La texture de ces plaies s’apparente un peu à du liège qui dépasse de la chair des fruits et celles-ci créent une croûte à la surface.

À la base de cette maladie, le champignon Sphacelome persea est la principale cause. Elle peut être combattue au moyen de fongicides au cuivre qui doivent être appliqués sur l’arbre avant la période de floraison.

A lire aussi : Comment utiliser la purine d'ortie sur les rosiers ?

Pour une alternative plus naturelle, vous pouvez simplement tailler l’avocatier afin de lui accorder une meilleure ventilation.

L’anthracnose

Maladie courante, l’anthracnose est provoquée par un champignon — le Colletotrichum gloeosporioides — qui touche d’autres arbres fruitiers tropicaux comme le bananier, le papayer et le manguier.

L’anthracnose se reconnait en observant de près les fruits et plus précisément leur peau. Elle se manifeste par l’apparition de nécrose plus sombre que la peau originelle des fruits sur celles-ci. Sous les lésions nécrosées, la chair du fruit se met à pourrir et change de goût et de texture.

Le feuillage et les tiges sont aussi touchés et portent des traces plus ou moins importantes de nécroses. Le champignon responsable de l’anthracnose se répand le plus souvent pendant la saison humide.

Afin de stopper la propagation de la maladie, il faut réguler l’humidité dont l’excès favorise la prolifération du champignon. L’utilisation de fongicides à base de cuivre comme l’oxychlorure de cuivre et le soufre est une solution plus efficace et rapide.

Le flétrissement du laurier

Comme son nom l’indique, le flétrissement du laurier est une maladie qui touche principalement le laurier, mais pas que. Le champignon à la base de cette maladie végétale n’est autre que le « Raffaelea sp. » qui s’attaque aussi à l’avocatier.

Le champignon a tendance à empêcher l’écoulement de l’eau dans toutes les parties de l’arbre. Celui-ci se retrouve donc incapable de se nourrir correctement. Visuellement, les feuilles de l’avocatier se mettent à faner peu à peu et des taches rouges ou brunes font leur apparition sur ses feuilles.

À ce stade de la maladie, il est souvent déjà trop tard pour l’arbre qui a sûrement déjà commencé à pourrir. Dans ce cas, il est préférable de procéder à l’abattage de l’arbre, puis de le brûler pour empêcher que le champignon n’atteigne les autres arbres.

De plus, à titre préventif, pensez à lutter contre les coléoptères de l’ambroisie qui sont les principaux responsables de la propagation du champignon.

Partager :